ADRA Inter Amérique met en lumière ses partenariats et évoque ses grandes réalisations




L’Agence Adventiste de Développement et d’Aide Humanitaire (ADRA) dans la Division Inter Américaine (DIA) a célébré les progrès qu’elle a réalisés sur l’ensemble du territoire de l’église lors d’une récente rencontre du conseil d’administration pour clôturer le quinquennat précédent.


Les principaux leaders de l’Eglise Adventiste ont félicité ADRA Inter Amérique pour son action, ainsi que son directeur sortant, Wally Amundson, pour avoir joué un rôle important dans le partenariat de 14 ans avec le programme de collecte annuelle de la Division Nord Américaine (DNA), Hope for Humanity (Espoir pour l’Humanité), dans le but de développer l’alphabétisation.


Les leaders ont également exprimé leur satisfaction au sujet de la collaboration de 17 ans avec l’Université de Loma Linda et son Equipe d’Intervention pour Traumatisme Emotionnel qui a permis de proposer des formations et des interventions d’urgence pour traumatisme psychologique dans toute la DIA.

Maitland DiPinto, directeur pour la DNA de l’engagement communautaire – Service Communautaires Adventistes- présente un rapport sur l’impact des programmes d’alphabétisation en Inter Amérique lors d’une vidéoconférence avec le conseil d’administration.


« Le travail de Wally dans la DIA nous ramène 23 ans en arrière lorsque nous avons débuté au siège de l’organisation, » a dit Filiberto Verduzco, trésorier de l’Eglise Adventiste en Inter Amérique et président du conseil d’administration d’ADRA Inter Amérique. « Son énorme service à l’église ne souffre d’aucune comparaison. »

L’héritage d’Amundson inclut la transformation vécue par des milliers et des milliers de personnes qui peuvent maintenant lire et écrire au Nicaragua, au Costa Rica, au Salvador, au Guatemala, au Honduras, au Mexique, en Haïti et en République Dominicaine.


Des centres et des groupes d’apprentissage à l’alphabétisation continuent de fonctionner en utilisant pour base des églises et des écoles, et avec un personnel bénévole constitué de membres d’église et de membres de la communauté, grâce aux fonds qui ont été récoltés par Hope for Humanity chaque année.

Jusqu’ici, plus de 60000 personnes dans la Division Inter Américaine ont achevé des cours d’alphabétisation, a indiqué Maitland DiPinto, directeur pour la DNA de l’engagement communautaire, les Services Communautaires Adventistes. « L’impact de l’initiative d’alphabétisation sur les participants qui apprennent à lire est vraiment important et l’acquisition de nouvelles compétences et capacités transforme non seulement leurs vies mais aussi celle de leurs familles, » a dit Maitland DiPinto.

L’avantage pas si évident du programme est de faire émerger des compétences chez les laïcs, ou les membres d’église, afin de développer du savoir faire en matière de leadership pour la mission, a t-il ajouté.


Cela va même au delà de ceux qui sont touchés, a dit Wally Amundson. « Le Programme d’Alphabétisation de Hope for Humanity a aidé l’église en Inter Amérique à développer une initiative pour faire face à l’illettrisme dans les différents pays du territoire et parmi les membres d’église, et suite à cela, l’église est maintenant au premier plan en matière de programmes d’alphabétisation dans des pays comme le Nicaragua, le Salvador, le Honduras et la République Dominicaine, » a expliqué Wally Amundson.


« Nous sommes reconnaissant du fait que la DNA et Hope for Humanity aient décidé de voir au delà de leurs frontières et décidé d’établir des partenariats significatifs à la fois avec les membres d’église et les membres de la communauté, dans d’autres pays, afin de créer des mécanismes simples mais durables pour des changements pérennes, » a ajouté Wally Amundson.


Au Nicaragua par exemple, ce qui avait débuté comme un modeste projet d’alphabétisation s’est développé et maintenant des centaines de personnes qui ont achevé les cours sont devenus des bénévoles pour la formation dans l’alphabétisation dans leurs propres communautés, a dit Wally Amundson. « Ceci confirme que l’église est le meilleur véhicule pour toucher la communauté en amenant des avantages vitaux. »

Becerlu Buckles présente un rapport sur les succès de l’équipe d’intervention pour Traumatismes de l’Université de Loma Linda, dans le cadre de la formation de centaines d’individus sur le territoire de la DIA.

Le conseil d’administration a remercié Maitland DiPinto par le biais de la vidéoconférence pour son engagement et son dévouement aux programmes d’alphabétisation.


Les interventions dans les cas de catastrophes naturelles ont également constitué une part majeure de l’aide humanitaire et de la direction apportée aux dizaines d’iles et de pays qui ont essuyé des tempêtes tropicales, des cyclones et des tremblements de terre sur le territoire de la DIA durant de nombreuses années, a dit Wally Amundson. « Nous vivons au milieu de cette région du monde qui est très touchée par les catastrophes naturelles. »


« Dans les jours qui ont suivi le Cyclone Mitch en Amérique Centrale en 1998, il nous est apparu comme évident qu’il y avait un besoin au niveau des secours d’urgence en matière psychologique et dans la relation d’aide pour les cas de traumatisme au sein de la population du Honduras et du Nicaragua, » a expliqué Wally Amundson. ADRA Inter Amérique et l’Université de Loma Linda ont formé un partenariat pour répondre aux besoins des victimes en offrant une intervention directe grâce à la coordination de professionnels de santé mentale bénévoles locaux et expatriés.

« Des sessions de formation continue dans beaucoup de pays de la DIA ont maintenant permis de mettre en place des équipes d’intervention en matière de santé mentale au niveau national, qui sont prêtes à être déployées rapidement dans les régions touchées, » a dit Wally Amundson.


Cette formation n’a été possible que par le biais du partenariat établi avec l’équipe d’intervention pour traumatisme de Loma Linda conduite par Beverly Buckles, Doyenne de l’Ecole de Santé Comportementale, directrice du Département et professeure d’action sociale et d’écologie sociale.


Beverly Buckles a parlé aux membres du conseil d’administration au sujet de la mission claire pour laquelle l’équipe d’intervention pour traumatisme a été établie : développement de capacité durable par le service – interventions cliniques, éducation, et recherche. Beverly Buckles a ajouté que les interventions réalisées dans le cadre de la Pratique Optimisée incluaient les Premiers Secours Psychologiques, le Modèle de Résilience Communautaire, le Modèle de Résilience après Traumatisme, et le Curriculum Spécialisé Pre et Post Catastrophes – Sécurité de l’Enfant, les Adultes plus Agés, les Populations Spéciales.


Les interventions et les formations sur site ont été réalisées dans 15 pays, il y a eu également 21 interventions cliniques et éducatives ainsi que 1700 services directs et indirects. De plus, 1364 participants ont été formés à travers l’Inter Amérique, a indiqué Beverly Buckles.

Un groupe en Haïti est formé par l’Equipe d’Intervention pour Traumatismes après le séisme qui a frappé le pays en janvier 2010. Image de Beverly Buckles.

« L’Inter Amérique a été le territoire où nous avons formé le plus, » a dit Beverly Buckles. Elle représente environ 50 pourcent de l’ensemble de nos formations à travers le monde, » a t-elle ajouté.


La plus grande formation est intervenue après le séisme dévastateur qui a tué plus de 300000 personnes en Haïti en 2010, a dit Beverly Buckles. L’équipe d’intervention pour traumatisme de l’Université de Loma Linda (LLU) avait formé 60 travailleurs sociaux et psychologues en Haïti en 2004 après de terribles inondations. Lorsque l’équipe de LLU est arrivée en Haïti quelques semaines après le séisme, ils ont découverts que toutes les personnes formées avaient péri sauf un médecin formé qui ne se trouvait pas en Haïti lorsque le séisme a frappé, a t-elle expliqué.

« Nous avons amené nos programmes de bien-être et formé des personnes de l’église. La plupart de ces personnes étaient des laïcs. C’était dévastateur d’un point de vue émotionnel, mais nous devions travailler avec ce qui était disponible en Haïti, » a expliqué Beverly Buckles.


Ce que l’Equipe d’Intervention pour Traumatisme de LLU considère comme une équipe complète se trouve à Trinidad, a dit Beverly Buckles. En 2009, une équipe de 24 personnes a été formée pour intervenir dans les cas d’urgence dans l’archipel des iles de la Caraïbe. En septembre dernier, la Dominique a été dévastée par la tempête tropicale Erika, et les membres de l’équipe d’intervention pour traumatisme ont pu utiliser leur formation et faire des interventions dans le domaine de la santé mentale auprès des individus déplacés après qu’ils se soient retrouvés sans abri.

Wally Amundson embrasse Abel Pacheco, président de l’Union du Salvador, alors qu’il reçoit un prix pour son leadership en soutien d’ADRA et des programmes d’alphabétisation mis en place avec le gouvernement dans son pays.


Mettre en place au niveau local une équipe d’intervention pour traumatisme a toujours été l’objectif de l’Equipé d’Intervention pour Traumatisme de LLU, a dit Beverly Buckles. « Nous avons réalisé très tôt qu’en aucune façon, l’équipe de Loma Linda ne pourrait se rendre sur place suffisamment rapidement parce que la santé mentale n’est pas une composante médicale qui est considérée lorsqu’une catastrophe frappe, » a t-elle expliqué. « La médecine physique est prise en compte et nous restons au second plan jusqu’à ce que la voie soit ouverte mais cela signifie que les choses peuvent être retardées, et les personnes formées qui sont basées sur place, savent comment faire la planification. »


Beverly Buckles a indiqué que l’équipe qui se trouve à Trinidad est si engagée et ouverte à l’idée de continuer d’apprendre et de développer des compétences, que c’est le genre d’équipe à laquelle elle pourrait faire appel pour se rendre n’importe où dans le monde pour une formation ou pour une intervention.


Créer davantage d’équipes locales sera un élément clé permettant d’assurer le type d’intervention dont on a besoin lorsqu’une situation d’urgence se présente, a dit Beverly Buckles. « Nous voulons également faire passer cette formation du côté professionnel au niveau laïc avec la prévention et les premières interventions dans les formations, amenant ainsi chaque membre à être impliqué tout comme le préconise l’Eglise Adventiste mondiale, » a encore dit Beverly Buckles.


Le partenariat avec l’équipe d’intervention pour traumatisme de LLU a été vraiment précieux, avec les coordinateurs d’ADRA et les membres d’église bénévoles qui constituent une équipe permanente offrant leur aide à la communauté même à petite échelle, au jour le jour, » dit Wally Amundson.


ADRA Inter Amérique a honoré Beverly Buckles en lui remettant un prix spécial pour son leadership et son travail au sein de la Division Inter Américaine.

Parmi les nombreux projets que les bureaux d’ADRA ont conçu au fil des années, il y a le projet de couture pour les mères célibataires au Mexique ; les programmes de micro-crédits pour les femmes chefs de foyer en Colombie ; les programmes d’alphabétisation financés localement par le biais de la collecte annuelle organisée par des bénévoles dans l’église en République Dominicaine, des projets autour des moyens d’existence pour les fermiers et les pécheurs qui récupèrent après le séisme d’Haïti, entre autres.

David Poloche (à gauche) de l’Union de l’Ouest du Venezuela est présenté par le trésorier de la DIA, Filiberto Verduzco, comme le directeur d’ADRA Inter Amérique nouvellement élu, le 1er novembre 2015.


ADRA Inter Amérique a remis des prix à chacun des 24 présidents d’union lors la rencontre du conseil d’administration pour leur engagement et leur dévouement à venir en aide aux personnes vulnérables et défavorisées dans leurs pays. Les prix mentionnaient des domaines spécifiques de contribution à la société tels que les programmes d’alphabétisation, la mise à disposition de matériel scolaire pour les enfants, et les interventions d’urgence.


Le conseil d’administration a élu David Poloche en tant que nouveau directeur d’ADRA Inter Amérique. David Poloche a servi l’église fidèlement dans diverses positions administratives pendant plus de 40 ans. Récemment il a servi en tant que trésorier d’union pendant 19 ans au Venezuela. Il a été le directeur d’ADRA pour le pays pendant cinq ans.


Wally Amundson a remercié les leaders de l’église ainsi que les membres du conseil d’administration alors que la rencontre était sur le point de s’achever. « Cela a été un vrai privilège et un honneur de servir ici à la Division Inter Américaine au cours des 23 années passées, et de servir en tant que votre directeur d’ADRA dans ce grand territoire, » a dit Wally Amundson qui prend sa retraite après plus de 35 ans de service. « Je vois de nombreuses évidences que le Seigneur dirige son peuple dans cette période incertaine de l’histoire du monde. »


Tradution: Patrick Luciathe